République Française

Membre du BEREC

Langues Français English

Observatoire / Observatoire des marchés

Les services de télécommunication en France au 4ème trimestre 2002 (opérateurs autorisés) / juin 2003

Dernière mise à jour le 16 février 2006
 Toute l'enquête en téléchargement (doc) ou (pdf

Introduction

La téléphonie fixe
On observe une décroissance continue du secteur de la téléphonie fixe en 2002. Les abonnements à la sélection du transporteur dans son ensemble enregistrent cependant une hausse de 9% sur l'année 2002 ; le nombre d'abonnés à la présélection est de l'ordre de 4 millions à la fin de l'année, en hausse de 36,5% par rapport à la fin de l'année 2001.


Internet
Comme c'est le cas dans le secteur des mobiles, on constate une progression de la part des formules forfaitaires d'accès à Internet au détriment du " pay as you go ".

Le marché de l'ADSL enregistre une forte progression avec un parc de prés de 1 400 000 abonnés à fin 2002.


Les mobiles
Le secteur des mobiles apporte une contribution essentielle à la croissance du marché des télécommunications. Avec un chiffre d'affaires de 3,1 milliards d'euros au quatrième trimestre 2002, en hausse de 17,5% par rapport au quatrième trimestre 2001, il représente un tiers du marché total.

Le parc total de mobiles qui atteint 38 585 000 fin 2002 est en progression de 4,3% par rapport à celui de fin 2001. On constate un ré-équilibrage de ce parc au profit des formules forfaitaires qui représentent désormais prés de 56% du parc total de mobiles. Le taux de pénétration du mobile en France atteint 64% fin 2002.

Notes :
- Les révisions des données d'un trimestre d'une publication à l'autre s'expliquent par des corrections apportées par les opérateurs dans leur déclaration.
- Les écarts susceptibles d'exister sont liés aux arrondis.
- Afin d'enrichir les informations restituées par l'Autorité, la présente publication intègre les données relatives au nombre d'abonnés Internet provenant de l'AFA (Association des Fournisseurs d'Accès et de Service Internet - www.afa-france.com) et de l'AFORM (Association Française des Opérateurs de Réseaux Multiservices - www.aform.org)

1 Le marché des télécommunications dans son ensemble

1.1 Le marché des clients finals

Au quatrième trimestre 2002, le marché des télécommunications enregistre une hausse globale sur un an de 3,3% du chiffre d'affaires. S'agissant du marché de l'ensemble de la téléphonie et de l'Internet, cette hausse est de 4,2% et est portée entièrement par la téléphonie mobile, en hausse de 17,5% sur un an. La part de la téléphonie fixe dans les recettes totales du marché des télécommunications continue à décroître, et ne représente plus que 38,9% du chiffre d'affaires global du marché au quatrième trimestre 2002 contre 42,1% un an auparavant.

1) Cet indicateur recouvre les chiffres d'affaires des frais d'accès et abonnements, des communications depuis les lignes fixes hors communications vers Internet, de la publiphonie et des cartes.
2) Non compris la valeur ajoutée des fournisseurs d'accès Internet ne détenant pas de licences (par exemple, Wanadoo, AOL et Club Internet).
3) Cette rubrique intègre le transport de données sur réseaux mobiles.
4) L'indicateur comprend uniquement le chiffre d'affaires du transport de données depuis les lignes fixes, le transport de données depuis les lignes mobiles étant intégré dans le chiffre global de téléphonie mobile.
5) Ce marché ne relève pas à proprement parler du marché des services de télécommunications. La contribution des opérateurs licenciés sur ce marché étant faible, cet indicateur ne donne donc qu'une vision partielle du chiffre réel.


Le volume global du marché enregistre une hausse de 4,2% en un an. Les volumes de trafic de la téléphonie mobile et d'Internet poursuivent leur croissance en 2002, avec près de 14 milliards de minutes pour la téléphonie mobile, soit une croissance de 17,7% sur un an et plus de 18 milliards de minutes pour Internet, soit une progression de près de 15% sur un an.
Les volumes de communications depuis les lignes fixes sont par contre en décroissance de 6,7% par rapport au quatrième trimestre 2001.

Ce tableau prend en compte un changement de comptabilisation des minutes Internet. Ces modifications impactent différentes séries :
- les volumes Internet sur les réseaux téléphoniques commutés ;
- le trafic d'interconnexion Internet ;
- et par construction les indicateurs " total des minutes de services d'interconnexion " et " ensemble du trafic au départ des abonnés ".

L'ensemble des séries corrigées (du 1er trimestre 2001 au 4ème trimestre 2002) figure en annexe (page 18).

_______________________
6) Ainsi que le chiffre d'affaires associé.

1.2 Le marché intermédiaire entre opérateurs titulaires de licences

1.2.1 Le marché total

Le chiffre d'affaires d'interconnexion affiche dans son ensemble une baisse de 13% sur un an. La part des opérateurs mobiles représente prés de 52 % de la valeur du marché intermédiaire pour une part de trafic de seulement 16%.

Remarque :
Les rubriques de chiffre d'affaires et de volumes ne sont pas établies sur les mêmes périmètres, ce qui rend un rapprochement entre ces deux indicateurs hasardeux pour un calcul de prix moyen (les revenus d'interconnexion incorporent des revenus fixes tels que les paiements au titre des liaisons de raccordement ainsi que des prestations entre opérateurs).

1.2.2 Le trafic international entrant

Le trafic au départ de l'étranger à destination d'abonnés en France diminue fortement par rapport au trimestre précédent aussi bien pour les téléphones fixes que pour les mobiles. Ce recul s'explique en partie par les phénomènes saisonniers (moins de français qui passent leurs vacances en dehors du territoire et qui appellent en France). De façon plus structurelle, on note aussi cependant, un net recul par rapport aux chiffres du 4ème trimestre 2001.


2 Les différents segments de marché

2.1 La téléphonie fixe

2.1.1 Les lignes fixes

L'accès, les abonnements et les services supplémentaires (7)

Les lignes fixes, la sélection et la présélection du transporteur

Avec près de 4 millions de lignes, le parc de connexions indirectes par présélection progresse de plus de 36% sur un an. L'accroissement de parc trimestriel (+130 000) est cependant plus faible que celui enregistré au précédent trimestre (+400 000).

_______________________
7) Rappel : Ce chiffre ne comprend plus depuis le 1er trimestre 2002 ni la " quote part " du trafic des offres tout compris, ni les forfaits de communications qui figurent à présent dans le chiffre d'affaires des communications nationales. Ceci explique la baisse constatée par rapport aux trimestres précédents. Par ailleurs, le chiffre d'affaires des abonnements s'entend hors abonnement à une ligne ADSL.


Les communications depuis les lignes fixes (hors publiphones et cartes et hors Internet (8))

Malgré la progression constatée au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédent, la tendance générale des communications depuis les lignes fixes reste à la baisse tant en valeur qu'en volume, à l'exception en ce qui concerne les volumes, des communications à destination des mobiles et dans une moindre mesure, des communications internationales.

____________________________
8) NB : Le chiffre d'affaire et les volumes de communications Internet n'apparaissent plus dans ce tableau, les chiffres sont disponibles sous la rubrique " 2.2.Internet ".

2.1.2 Les cartes téléphoniques fixes

2.1.3 La publiphonie

Le chiffre d'affaires de la publiphonie se maintient malgré une décroissance significative des volumes.

_________________________
9) Ces chiffres ne recouvrent pas l'ensemble du marché car le périmètre de l'enquête est celui des opérateurs titulaires de licences L33.1 ou L34.1. Or il n'est pas nécessaire d'obtenir une licence pour commercialiser des cartes de téléphonie. Les non autorisés sont par ailleurs interrogés par l'INSEE, et font l'objet d'une publication commune (cf. INSEE Première n°847 en mai 2002 sur le marché des télécommunications en 2000).

2.2 Internet

La publication distingue deux types d'abonnements pour les communications d'accès à Internet :
- l'abonné paye un forfait de minutes de communications vers Internet à son fournisseur d'accès à Internet. Dans ce cas, l'opérateur de boucle locale collecte le trafic Internet pour le fournisseur d'accès à Internet (définition AFA : comptes payants sur une base forfaitaire mensuelle)
- l'abonné possède un compte d'accès gratuit (sans abonnement mensuel) chez un fournisseur d'accès et ne paye que ce qu'il consomme (" pay as you go ") directement à l'opérateur de boucle locale (définition AFA : comptes d'accès gratuits ou facturés à l'usage).


* minutes " pay as you go " : minutes de communications sur Internet qui sont facturées à l'abonné directement par l'opérateur de boucle locale et non par le fournisseur d'accès à Internet (comme c'est le cas pour les forfaits).

Rappel : les séries ont été modifiées suite à un changement de comptabilisation des minutes Internet, c'est pourquoi toutes les valeurs de l'indicateur " ensemble des volumes Internet facturés aux clients finals " ont été totalement révisées. Les données depuis le 1er trimestre 2001 sont disponibles en annexe.

La collecte de trafic représente 76,7 % des minutes Internet au quatrième trimestre.

Il est rappelé enfin que les chiffres d'affaires correspondent aux prestations facturées par les opérateurs autorisés directement au client final (" pay as you go ") ou aux fournisseurs d'accès quand ces derniers ne sont pas des opérateurs autorisés. La mesure ne compte pas ainsi la consommation financière totale, en ignorant la valeur ajoutée des fournisseurs d'accès quand ils ne sont pas opérateurs autorisés.

La rubrique Internet est complétée par les données de l'AFA et l'AFORM pour ce qui est du nombre d'abonnés, ainsi que par celles de France Telecom en ce qui concerne l'ADSL.


*définition de l'AFA : sont comptabilisés les comptes d'accès gratuits ou facturés à l'usage qui font l'objet d'au moins une connexion dans les 40 derniers jours, et tous les comptes payants sur une base forfaitaire mensuelle (incluant ou non un forfait téléphonique, particuliers et professionnels). L'AFA rassemble les données des opérateurs suivants : AOL France, 9 Online, Club Internet, Free, Inter PC, NC, Noos, Tiscali France, UPC France, Wanadoo.

Le parc d'abonnés Internet (source AFA) avec 460 000 nouveaux abonnés au cours du troisième trimestre, affiche une progression de 27,7% en un an. Le marché de l'ADSL (source France Telecom) enregistre à nouveau une très forte progression annuelle (+233%) et également trimestrielle (+62%). Le parc ADSL atteint prés de 1 400 000 abonnés à fin 2002.


**Abonnés des opérateurs autorisés (les abonnés de Wanadoo ne sont donc pas comptabilisés, par exemple)

2.3 La téléphonie mobile

Le marché des mobiles reste orienté à la hausse avec une progression annuelle de 17,4% en chiffre d'affaires et de 17,8% en volume. Au sein de ce marché, le transport de données sur réseaux mobiles enregistre la plus forte progression (essentiellement due aux SMS) avec un chiffre d'affaires en hausse de plus de 53% sur un an.

En ce qui concerne les volumes, il convient de noter la progression significative du volume des communications de mobile à mobile.


* : ces volumes de communications incluent notamment les appels de consultation de messagerie vocale.

___________________________
10) Le roaming out correspond aux appels passés à l'étranger par les abonnés des opérateurs mobiles français.

Volume de SMS (millions d'unités)

Les données de parc


Le taux de pénétration du mobile dans la population atteint 64% fin 2002. Le quatrième trimestre 2002 confirme l'évolution du marché des mobiles en faveur des formules forfaitaires qui représentent 55,7% du parc total contre 44,3% pour les formules pré-payées.

___________________
11) une carte prépayée est dite active si le client a émis ou reçu au moins un appel pendant les 3 derniers mois. Seuls les appels téléphoniques sont considérés, qu'ils soient gratuits ou payants. Les SMS ne sont pas pris en compte dans le calcul.

Les indicateurs par abonnés


(1) Cet indicateur est calculé en divisant le chiffre d'affaires de la téléphonie mobile du trimestre N par une estimation du parc moyen d'abonnés du trimestre N [(parc total d'abonnés à la fin du trimestre N + parc total d'abonnés à la fin du trimestre (N-1) / 2]. Cet indicateur, qui n'intègre pas les revenus de l'interconnexion, ni ceux des services avancés, est distinct de l'indicateur traditionnel de revenu moyen par abonné (ARPU).


(2) Cet indicateur est calculé en divisant le volume de trafic de la téléphonie mobile du trimestre N par une estimation du parc moyen d'abonnés du trimestre N [(parc total d'abonnés à la fin du trimestre N + parc total d'abonnés à la fin du trimestre (N-1) / 2]


(3) Cet indicateur est calculé en divisant le nombre de SMS du trimestre N par une estimation du parc moyen d'abonnés du trimestre N [(parc total d'abonnés à la fin du trimestre N + parc total d'abonnés à la fin du trimestre (N-1) / 2].


Le nombre de SMS mensuel moyen par abonné est en progression continue avec 14,5 SMS au quatrième trimestre contre 13,1 SMS au troisième. Le volume de trafic mensuel moyen par abonné est en également en progression avec une hausse de prés de 10% enregistrée sur un an.

2.4 Les autres composantes du marché

2.4.1 Les services avancés

2.4.2 Les liaisons louées et le transport de données (opérateurs fixes)


______________________
12) La baisse des volumes depuis le 1er trimestre 2002 provient d'ajustements effectués par l'un des opérateurs mobiles dans sa comptabilisation des volumes.

2.4.3 Les autres services liés au service téléphonique

2.4.3.1 Les services de renseignements

2.4.3.2 Les terminaux et équipements

L'évolution des revenus liés à la vente et à la location des terminaux est très contrastée entre fixe et mobile ; il convient toutefois de rappeler que la contribution des opérateurs autorisés est faible sur ce segment.

2.4.4 Les services d’hébergement et de gestion de centres d’appels


3 Annexe : changement de comptabilisation des minutes Internet

3.1 Le marché des clients finals

3.2 Le marché de l'interconnexion

Tous les observatoires trimestriels et annuels

2016

Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre

2015

Smiley L'année 2015

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre

2014

Smiley L'année 2014

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre

2013

Smiley L'année 2013

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre

2012

Smiley L'année 2012

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre


2011

Smiley L'année 2011

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre


2010

Smiley L'année 2010

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre


2009

Smiley L'année 2009

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre


2008

Smiley L'année 2008

Smiley 4ème trimestre
Smiley
 3ème trimestre
Smiley
 2ème trimestre
Smiley
 1er trimestre


2007

Smiley L'année 2007

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
Smiley 2ème trimestre
Smiley 1er trimestre


2006

Smiley L'année 2006

Smiley 4ème trimestre
Smiley 3ème trimestre
 2ème trimestre
 1er trimestre


2005

Smiley L'année 2005

 4ème trimestre
 3ème trimestre
 2ème trimestre
 1er trimestre


2004

Smiley L'année 2004

 4ème trimestre
 3ème trimestre
 2ème trimestre
 1er trimestre


2003

Smiley L'année 2003

 4ème trimestre
 3ème trimestre
 2ème trimestre
 1er trimestre


2002

Smiley L'année 2002

 4ème trimestre
 3ème trimestre
 2ème trimestre
 1er trimestre


2001

Smiley L'année 2001

 4ème trimestre
 3ème trimestre
 2ème trimestre
 1er trimestre


2000

Smiley L'année 2000

 4ème trimestre
 3ème trimestre
 2ème trimestre
 1er trimestre

1999

Smiley L'année 1999

1998

Smiley L'année 1998